Document sans titre
 

Tech Récif


Connexion

Le site Techrecif est ouvert à tous, Si vous voulez participer, c'est très simple, Inscrivez-vous! :

Mot de Passe perdu ?

 

Les articles Pathologies et Traitements






Traitement de pathologies en récifal

Le 14 octobre 2003, par JP -
3004 visite(s) - 2 commentaire(s)

Bien-sûr, la solution idéale est la mise en quarantaine des nouveaux venus, c’est ce que je fais bien-sûr. Mais tout le monde n’a pas la place pour un petit bac de quarantaine "toujours prêt".Mais pour les cas désespérés, j’ai une solution qui a fait ses preuves, même sur les plus sceptiques des aquariophiles (et certainement les plus sceptiques des poissons).

Je sais, que je vais entendre hurler "au loup" et qu’on va me traiter de tous les noms, mais j’y vais...je me jette à l’eau (sans jeu de mots).Personne n’étant à l’abri de poissons malades, surtout les chirurgiens cités qui attrapent du cripto dés qu’on met la main dans l’eau de leur bac, mais avec une nourriture bien sur-vitaminée, ça s’arrange généralement bien. Étrangement d’ailleurs, lorsqu’ils sont malades, ils ne contaminent pas le reste de la population.

Je vais d’abord expliquer, l’expérience que j’ai faite.

Un petit bac marin bien éclairé, de 100L, avec un filtre tout simple sous gravier, quelques pierres vivantes et un petit écumeur. J’y ai introduit après maturation et progressivement, quelques algues supérieures puis, des petites boutures prélevées dans mon bac récifale : Corail mous, gorgone symbiotique, corail dur, puis des SPS, dont un acro formosa. Tout ce petit monde, se portait à merveille. Le but de la manœuvre était pour moi de tester "sur un terrain expérimental" , des bactéricides aquariophiles, vétérinaires ou même humains, à l’exception, bien-sûr des produits cuivrés. Mes tests ont consisté, tout d’abord à vérifier la résistance des coraux et des algues supérieures face à ces molécules médicamenteuses. Puis à tester les nitrites très régulièrement durant les essais. J’ai plusieurs fois, refait le bac complètement, suite à des catastrophes, jusqu’à trouver 3 produits, non seulement inoffensifs pour les coraux, mais, sous certaines conditions, peu actifs sur les (bonnes) bactéries du bac. Il a fallu voir ensuite, les résultats curatifs sur des poissons malades, atteints de diverses maladies.

Toutes ces expériences ont durées plus de 2 ans.
Il s’agissait, dans la plupart des cas, de mes propres poissons achetés récemment et en cours d’acclimatation, ceux d’amis de mon club aquariophiles, ou même de magasins qui me confiaient des poissons en piteux état. J’ai constaté que dans tous les cas, lorsque les produits n’étaient pas toxiques pour les coraux, il ne l’était pas non plus pour les poissons. Mais quant à leurs propriétés curatives, seul un produit se détachait vraiment des 3. Etant biochimiste, mais ni vétérinaire, ni pharmacien, j’y suis allé doucement, avec méthode mais tout de même un peu "au pif", par moment...

Un produit aquariophile, bactéricide spécifique au traitement général des poissons d’eau douce, et exclusivement réservé a cet emploi (c’est marqué sur la boite) est vraiment sorti du lot. Il s’agit d’un mélange de sulfadiméthoxine et de triméthoprime, fabriqué par les labos ICC à Le Broc - Carros dans le 06 sous la marque AQUAMEDIKA BELUGA (boite rouge) "Désinfectant Bactéricide à large spectre d’activité Pour aquarium d’eau douce "
Avec, ce produit, j’ai déjà personnellement traité par 2 fois mon récifale de 750L, pour cause d’inadaptation ou de stress d’un poisson ( souvent attaqué par un ancien) ayant été pourtant mis en quarantaine 2 semaines. Je précise que mon bac contient des coraux durs de toutes sortes avec de très nombreux SPS et des gorgones symbiotiques. Au moment du traitement et après celui-ci, aucun corail ne s’est même fermé, même partiellement. Les NO2 étaient indécelables pendant et après le traitement, mais par mesure de sécurité, j’y ai ajouté quelques bactéries à sa fin. J’ai constaté moi-même et on m’a dit que ce traitement venait facilement à bout de crypto, de l’oodinium et de toutes les mycoses des yeux et des nageoires, ainsi que des succès ponctuels sur les exophthalmies. Je pense que dans ce dernier cas, seules les bactériennes sont traitées.

Mode opératoire

Le dosage que je conseille uniquement sur bac de type "berlinois" ( Désolé pour les Jaubertistes et apparentés, je n’ai rien essayé dans le domaine, sauf dans mon petit bac avec filtration sous gravier, pour lequel ça fonctionnait.)

- Jour 1 : Arrêt de l’écumeur. Enlever charbon et résines (si présents). Fermer UV (si présent.) Ajouter 8.3 ml / 100 L réels
- Jour 2 : Ajouter 8.3 ml / 100 L réels
- Jour 3 : Remettre uniquement en marche l’écumeur 24 H
- Jour 4 : Arrêt de l’écumeur. Ajouter 8.3 ml / 100 L réels
- Jour 5 : néant
- Jour 6 : Faire un changement d’eau du 1/4 du bac (facultatif). Remettre l’écumeur en marche et charbon neuf
- Jour 7 : Rajouter des bactéries du commerce. La marque BACNET semble très bonne.
- Jour 8 : Remettre résines + UV, si présents. Enlever le charbon si, habituellement
absent.

Après ce traitement, laisser le bac tourner normalement 6 jours. Dans la majorité des cas, les poissons infectés sont guéris. Les plus difficiles à traiter semblent être :

Les Chirurgiens Acanthurus et le Paracanthurus Hepatus,
- a) Les Pomacanthus (hé oui, j’en ai vu en récifal qui ne touchaient à rien...)
- b) Le Chelmon Rostratus.
En non récifal :
- c) Certains Chaetodons
- d) Le Centropyge Bicolor

Dans le cas de non-guérison totale, quand il ne reste quelques points blancs dispersés pour a), b) et c), laisser en l’état. Ces poissons, s’ils sont dans de bonnes conditions de maintenance, finiront leur guérison seul. L’apport d’un complexe vitaminé dans la nourriture étant toujours, un plus. Pour les autres, renouveler intégralement l’ensemble du traitement et son MO après les 6 jours de pause. Enfin, pour ce qui concerne uniquement le Crypto, il faut bien surveiller l’état des colonies (points blancs). J’ai souvent observé, que pendant (ou qu’à la suite du) le traitement, les "points blancs" ne disparaissaient, mais grossissaientt. Je pense que la colonie, se sentant agressée, "sporule" en quelque sorte. Donc, c’est normal dans la mesure ou le nombre de colonies reste stable ou diminue. Si elles ne diminuent mais pas totalement après les 6 jours de pause, patienter encore 6 jours d’observation. Dans la plupart des cas, il y a guérison totale. Si jamais le nombre des colonies, progressait de nouveau (cas jamais vu, à ma connaissance), faire immédiatement un second traitement, en suivant le MO.

1 flacon de produit contient 125 ml.

Il est en vente dans de nombreux magasins aquariophiles et animaleries.

Le Poisson d’Or à Mouscron, en Belgique, bien connu de tous est le seul, que je sache, à le proposer, sur mes humbles conseils, et après tests effectués par ses clients habituels, pour le traitement des poissons marins en aquarium récifale.

Comme le Poisson d’Or fait la VPC, chacun peut faire ce que je fais moi-même : avoir
toujours dans mon frigo un ou deux flacons de ce Beluga, au cas où...
Au PO, le flacon de 125 ml de "BELUGA ROUGE" est à 5.45 €.
Cordialement à tous, en attendant les volées de bois vert des
"spécialistes"...

JP de Lille.

Ajouter un commentaire à cet article

ICI
Article Précédent"; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 61; ?>
Il y a 2 contribution(s) au forum.

> Traitement de pathologies en récifal
(1/1) 18 avril 2004, par stephane
Forum de l'article
    > Traitement de pathologies en récifal
    18 avril 2004,
    par stephane

    Salut JP et merci de nous faire profiter de tes recherches éclairantes à plus d’un titre !
    Toutefois, depuis ton article, arrivé sûrement trop tard pour inverser la tendance, la socité fabricant le traitement et que tu cites dans ton article, a cessé la production du fameux aquamedika beluga et il n’est donc plus possible de s’en procurer.
    S’il te reste une boite, pourrait-tu m’en indiquer la composition précise afin que je puisse essayer de recréer un dosage à base de sulfadiméthoxine et de triméthoprime.
    Sauf bien sûr si tu as déniché un autre produit miracle...

    Bien amicalement.
    Stephane

      > Traitement de pathologies en récifal
      18 avril 2004,
      par JP

      Salut Stéphane,

      Merci pour ton mail,

      Je sais que le Beluga "rouge" a été retiré de la circulation et je m’en mords les doigts...Car, très étrangement, j’avais parlé de ce traitement sur un forum très connu (a....r) et je m’étais fait incendier par la "Sainte Inquisition Récifale" qui sévit souvent sur ce forum, pour cause d’utilisation d’antibios, lesquels seraient interdits à la vente sans prescription pharmaceutique ou vétérinaire. Quelques semaines après, le Beluga était "interdit à la vente".
      Les germes pathogènes pourraient, d’après ces "spécialistes", devenir résistants suite à l’ utilisation de ce produit. Je suis seulement biochimiste et non pas pharmacien, ni véto, mais je pense pas que l’argument tienne, tant bien-sûr, qu’on ne fait pas de traitement systématique ou (et) de précaution...Enfin, on se rend malheureusement compte, que certains gourous voudraient mettre la main sur l’aquariophilie récifale pour en faire une "science" sinon "exacte" (?) mais surtout élitiste. Il y a ceux qui SAVENT et tous les autres...Je dis cela, puisque ce fameux Beluga était en vente depuis des années pour l’aquariophilie d’eau douce, et sans que cela ne pose aucun problème.
      De plus, tout aquariophile sait que le bac de quarantaine n’est pas une solution à 100%. Un nouvel arrivant, bien nourri et "vitaminé" en bac de quarantaine peut se faire "chambrer" par les anciens et développer un stress lorsqu’on le met dans sa demeure définitive...Alors on fait quoi ? On laisse le petit nouveau développer des maladies qu’il va refiler à l’ensemble des occupants, sans rien faire ; et on les regarde crever ? Conception étrange d’une aquariophilie responsable, envers des animaux dont on a la charge éthique...
      Pour sa compos le Beluga ne mentionne que ces 2 ingrédients, en solution aqueuse, mais sans donner aucune autre information. Seule indication, l’ordre de la composition laisse apparaître la Sulfadiméthoxine avant la Triméthoprime, donc théoriquement une présence pondérale plus grande pour le premier que pour le second...
      Je recherche actuellement de la Triméthoprime sans excipient douteux. Je viens de trouver, par un ami, un peu de Sulfadiméthoxine pure et je vais commencer quelques essais avec différents dosages...Il se peut que la combinaison des deux ne soit pas indispensable pour traiter nos pathologies en eau de mer. Le problème qui se pose à moi, pour mes essais, est de trouver des poissons malades...Je déblaie un peu le terrain avec des black mollies mais ceux-ci attrapent de l’ichtyo et différentes mycoses et non pas du crypto ou de l’oodinium...J’ai par ailleurs fait quelques essais avec d’autres produits commercialisés, mais pour l’instant, rien n’est concluant.

      Donc, si tu as des filons ou une expérience, n’hésite pas...tout m’intéresse pour faire avancer les choses, même si nous risquons l’excommunication, ou ... le bucher.
      :o))
      Bien amicalement à toi.
      @+
      JP



Dans la même rubrique :


Traitement de pathologies en récifal
 

© copyright 2010 - Tech Récif - All Rights Reserved