Document sans titre
 

Tech Récif


Connexion

Le site Techrecif est ouvert à tous, Si vous voulez participer, c'est très simple, Inscrivez-vous! :

Mot de Passe perdu ?

 

Les articles Hippocampes






Avant-Propos

Le 10 avril 2016, par Techrecif -
42 visite(s) - 0 commentaire(s)

Combien de fois ai-je lu ou entendu, les hippocampes en aquarium, l’élevage… « oulala … » Effectivement difficile, mais pas impossible, si vous êtes minutieux, possédez une bonne dose de courage et du temps disponible !

N’ayant jamais tenu d’aquarium d’eau douce ou d’eau de mer, si ce n’est des poissons rouges étant enfant, il m’a fallu apprendre vitesse grand « V », lorsque je me suis aventurée dans cet apprentissage complexe qu’est la tenue d’un aquarium marin.

Il est regrettable de ne trouver sur le marché francophone quasi aucun ouvrage ou texte consacré exclusivement aux hippocampes. Les nombreux livres ou revues disponibles traitant de l’aquariophilie n’abordent malheureusement que très succinctement et vaguement le sujet des hippocampes (quelques livres conseillés sur les hippocampes). Il n’existe pas d’hippocampes d’eau douce !!!

Cet écrit est né d’une expérience personnelle, semée parfois d’embûches, faute de littérature et de connaissances poussées des milieux spécialisés ou même d’avis divergeant. Dans le domaine très vaste qu’est l’aquariophilie, il n’existe aucune règle préétablie, si ce n’est que c’est en forgeant que l’on devient forgeron !

Un grand merci à toutes les personnes qui m’ont prodigué leurs conseils et qui m’ont toujours soutenue avec gentillesse et patience. Puisse la consultation de ce site vous aider à mieux connaître les hippocampes et à vous faire partager un peu de ma passion pour cet animal extraordinaire et fascinant qu’est le cheval de mer.

© photo 06 Hippocampe

Depuis la nuit des temps, l’homme semble intrigué par cet animal étrange. Malheureusement certains n’en tirent pas de leçons. Comme d’autres espèces, l’hippocampe semble menacé. Ce n’est certes pas l’aquariophile qui le met en danger d’extinction, mais les massacres continus perpétrés par certains pays à des fins d’objets pour touristes, poudres médicinales quelconques, etc. Des tonnes sont pêchées à ce seul effet. En ce qui concerne l’aquariophile, on ne peut que l’encourager à tenter d’élever le fruit des amours en captivité. En effet, il faut savoir que pour environ 10 spécimens importés, seuls 1 à 3 arrivent en vie chez le marchand, mais dans quelles conditions physiques. De nos jours, les méthodes de pêches et de transport de certains pays sont encore de nature plus que discutable, soumettant les animaux concernés à un inconfort plus un stress intenses et prolongés, soit par intoxication plus ou moins forte à d’éventuels produits utilisés, à la pollution rapide de l’eau, à un manque de lumière et probablement d’oxygène ainsi qu’à une sous-alimentation.

Par ailleurs, rien ne garantit que les survivants soient malgré tout en bonne santé, d’autant plus que souvent affaiblis, ils doivent encore faire face à des traitements médicamenteux aux différentes étapes de leur arrivée. Il n’est pas rare qu’un animal, apparemment remis, en excellente condition générale, puisse présenter des problèmes pendant ou peu de temps après son adaptation chez l’aquariophile, voire même succomber, malgré toutes les précautions prises et sans qu’une explication puisse être trouvée. Le changement de milieu et ce dernier petit stress n’en n’est pas toujours la cause principale.

Certaines personnes objecteront que ceci n’est que la petite goutte d’eau dans un vaste océan et elles ont raison. L’on ne peut incriminer l’aquariophile des maux de la terre, car celui qui se respecte aime ses animaux et met en principe tout en œuvre, afin que ses pensionnaires soient heureux. D’autres diront bien sûr, mais la vie n’est pas perpétuée. Ils n’ont pas tout à fait tort, mais ce n’est pas parce que les uns ne le désirent pas, que tout le monde est dans le même panier. En outre, les efforts déployés afin de ne détenir que des animaux élevés en captivité n’en seront que récompensés. Les hôtes seront d’autant plus robustes et à l’aise dans nos bacs. Les abus ne diminueront certes pas de manière significative, mais ceci est déjà un premier pas.

Il semble que depuis peu les hippocampes sont interdits à l’importation dans certains pays.

Tous les animaux de notre terre méritent le plus grand respect, ils ne sont pas là pour rien. Les enfants à venir n’auront alors pas la tristesse de ne pouvoir que les imaginer. © photo 25 Hippocampes - cliquez pour agrandir Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’hippocampe une passion plus qu’un simple hobby !

Comme le suggèrent ces pages, maintenir ou élever des chevaux de mer n’est pas chose à prendre à la légère. Une réelle motivation et un investissement personnel sont nécessaires. Il ne s’agit pas seulement de les observer ou de satisfaire sa propre curiosité. La tenue de tels aquariums n’est pas non plus à confier à des enfants. Les besoins des hippocampes doivent toujours être satisfaits, sans quoi ils en subissent tôt ou tard les dommages, malheureusement souvent irréversibles.

Pour le débutant un bon bout de chemin est à faire, et même pour les chevronnés en eau de mer qui, quelques fois, ne sont pas assez méfiants de par leur longue expérience avec d’autres espèces marines ou encore en aquariophilie d’eau douce.

Comme pour tout autre animal, des problèmes peuvent survenir lors de périodes de vacances. L’aquarium marin plus que nul autre n’échappe pas à cette règle. Ne vous faites remplacer que par des personnes de confiance informées quant aux rudiments de base de l’aquariophilie marine et aux doses journalières de nourriture. Toute personne néophyte, aussi bien intentionnée soit-elle, a tendance à suralimenter et paniquera au premier problème.

* les animaux ne sont pas malades, seuls les aquariums le sont !

Merci et bonne visite !

Ajouter un commentaire à cet article

ICI
Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Précédent"; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 307; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 306; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 310; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 311; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 312; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 314; ?> Article Suivant"; if ($ze_article == $article_prec) { echo stripslashes("$texte_suiv"); } $article_prec = 313; ?>
Il y a 0 contribution(s) au forum.


Dans la même rubrique :


Avant-Propos
l’Aquarium
Le Maintien
L’Elevage
Le Plancton et le Micro-plancton, stade larvaire du plancton
Les Maladies
Les différentes espèces
 

© copyright 2010 - Tech Récif - All Rights Reserved